Actualites

Le visuel de la 22e edition

04/12/2018

Depuis plusieurs années, le festival donne carte blanche à de jeunes illustratrices afin de mettre en avant, via son affiche, leur regard et leur démarche artistique. Après Laurence Bentz et Pauline Furman, c’est au tour d’Hyperbaudet de prêter les siens à cette 22ème édition. Formée au graphisme aux Gobelins, elle explore les thèmes du souvenir avec ses «Albums de famille», des toiles qui questionnent l’intime en réveillant nos propres émotions. Une série qui fait parfaitement écho aux  Femmes s’en Mêlent, le festival s’envisageant lui aussi comme une famille, une communauté partageant les mêmes valeurs.

Sur l’affiche de la 22ème édition, quatre personnages sont installés dans la rue comme dans leur salon. Cet instantané, ce moment qui passe trop vite mais reste précieux pour toujours, incarne à merveille le festival : il reflète l’idée d’une sororité épanouie et ouverte aux autres, réunie le temps d’un concert ou d’une tournée. L’image fait également référence à toutes celles, omniprésentes dans notre inconscient collectif, de groupes occupant la rue. Mais là où ces dernières étaient essentiellement masculines, c’est le féminin qui, cette fois, investit l’espace public.  Lieu hautement symbolique, il est, comme la scène, un territoire à s’approprier avec force et conviction. Un credo que Les Femmes s’en mêlent défend depuis maintenant 22 éditions. 

https://www.hyperbaudet.com/

Carte Blanche à Irène Drésel : Brigitte Fontaine en invitée spéciale

30/10/2018

Brigitte Fontaine sera l’invitée spéciale d’Irène Drésel. Elle rejoint Maud Geffray, Fishbach et Musique Chienne sur la scène du Trabendo , le jeudi 29 novembre .

Billet 

 

CLUB LFSM #12 – CARTE BLANCHE A iRENE DRESEL

19/10/2018

Pour ce 12e club , nous avons proposé à Irène Drésel, programmée au Festival en 2018 , une carte blanche. Elle a décidé d’inviter au Trabendo le 29 movembre , Fishbach et Maud Geffray pour des Dj set , Musique Chienne et bien d’autres surprises !

 

Irène Drésel 

Techno haute en couleur aussi sensuelle que frontale, voilà comment décrire en quelques mots le monde d’Irène Drésel. Un monde hypnotique dans lequel BPM langoureux et sportifs côtoient des mélodies cristallines, déjouant ainsi les attentes de plus d’un auditeur du genre. Artiste polymorphe ayant quitté la frénésie parisienne pour le calme de la campagne, Irène Drésel soigne son univers jusque dans les moindres détails, comme en témoignent sur scène les roses qui surplombent avec
grâce l’acier froid de ses machines.
Si Irène Drésel compose seule, elle s’accompagne en live d’un percussionniste, Sizo Del Givry, agrémentant ainsi d’une aura certaine cette singularité visuelle. Une formule en binôme qui toutefois n’exclut pas de temps à autre l’intervention ponctuelle d’autres invités. La productrice, qui a assuré de nombreux concerts, comme la première partie de Rone au Zénith de Paris cet été, a également eu l’occasion de se produire sur la scène de festivals de grande envergure. On compte parmi eux Le Printemps de Bourges, Fnac Live, Panoramas ou encore Nuits Secrètes.  Une aventure qui se poursuivra sur de futures dates, ainsi que sur la préparation d’un album prévu pour 2019. (par Cloé Gruhier, rédactrice web)

Musique Chienne

« Dans un Bruxelles/Paris/Marseille invincible, inondé par les vagues de chaleur de l’été tardif, a grandi une jeune musique. Bricolée avec des branches de cerisiers et habillée de frais. Fascinée par l’ambiance des parcs et des âmes canines qu’on y promène, une fille étrange a conçu son monde dans la quiétude et la modestie. Dessinant du bout des doigts les images que son nom évoque.

Musique Chienne, entre amuses-gueule minimalistes et croquettes pour jeunes oreilles de cockers, a concocté des années durant un petit monde lunaire, une musique electronica, des paroles rares et étranges, dans un français réduit au minimum, pour le bien être d’une population en mal de Temps mort. En mal de pause. En mal de finesse. Dans les gestes précis et ancestraux d’un calligraphe japonais.  »

Fishbach (Dj Set)  + Maud Geffray (DJ set) + Guest

◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊

29 novembre 2018
19h00 au Trabendo

TARIFS :
• EARLY BIRD – 10€ hors frais de loc (Limite 100)
• NORMAL – 13€ hors frais de loc

Billet

Event Facebook 

 

 

CLUB LFSM#9 : REVERIE + GAVLYN + DJ LALA + BATUK+ Guests

06/06/2018

A 28 ans, Gavlyn est la nouvelle figure féminine du hip-hop californien. Dans le cadre de la sortie de son nouvel album sorti en mars 2018, on accueillera son flow old school sur la scène du Trabendo. 

Elle sera accompagnée de Rêverie, l’ambassadrice du hip-hop underground qui a dynamité avec sa complice Dj Lala la dernière édition du festival LFSM s’imposant comme une véritable révélation en Europe ! 

VIDEO

infos pratiques :

Tarif 19€

Billets 

Samedi 13 octobre – Trabendo – 19h00 à 01h00 

 

Partenaires

      

Une soiree d’echange et de decouvertes au coeur de l’engagement et de la creativite feminine .

24/02/2018

 

présenté par Comptoir des cotonniers

Débats – Rencontres – Lives – Projections – Lectures…

Pour cette 21ème édition, nous investissons la Machine du Moulin Rouge à Paris pour  une soirée d’ouverture inédite, pluridisciplinaire et accessible à tou.te.s !  Déambulons de 19h00 à 01h00 du Bar à Bulles en passant par la scène centrale pour créer de multiples espaces de rencontre, de surprise, d’émotion et de réflexion.

au Bar à Bulles : 

> Vernissage de l’exposition de Pauline Furman (illustratrice de l’affiche du festival)

> Émissions Radio en public et podcasts.

–       Sérieusement (Brain / Deezer) –  Émission animée par Pablo Mira avec pour invitées Rania Berrada, Juliette Arnaud et Fany Racaillou.

–       Podcast: les voix d’une génération – comment les femmes se font entendre, émission programmée et animée par Cheek Magazine avec  Géraldine Sarratia (Dans le genre de – NOVA),  Lauren Bastide (La Poudre – Nouvelles Écoutes) , Siham Jibril (Génération XX )

–       Le rap, un espace de liberté pour les femmes ?  débat et rencontre programmés par Madame Rap , avec Eloïse Bouton (Madame Rap) D’ de Kabal (rappeur, auteur et metteur en scène), Karim Hammou (chercheur au CNRS, auteur du livre  Une histoire du rap en France  et du blog Sur son rap), Stélyna (rappeuse), Emmanuelle Carinos (doctorante en sciences sociales au CREPPA, co-fondatrice de La Plume et le Bitume à l’Ecole Normale Supérieure, séminaire consacré à la stylistique des textes de rap).

 

sur la scène centrale  (espace de projections et de concerts / show-case)

> Lives :

Superbravo (Fr) – le joyau de la pop française !

TsuShimaMire (Jap) – Japanese girls art punk psychedelic rock !

Haylen (Fr) – soul, blues,  trip hop

> Projections:

Born in Flames de Lizzie Borden (fiction, USA, 1983, 80′) –

Film programmé  par le Festival International de Films de Femmes de Créteil

http://filmsdefemmes.com/fr/

 

Girls On Tape : Video Gems From The 80’s –  Installation vidéo du collectif ROSA VERTOV

Rosa Vertov est une association fondée par Camille Lan et Constance Legeay dont le but est de promouvoir différentes formes de projets (édition, article, fanzine, playlist, concert) autour de la musique et des archives. L’association édite notamment le fanzine Making Waves sur les femmes dans le mouvement post-punk/new wave/pop lo-fi de la fin des années 70 / début des années 80 et leurs héritières.

TRACKS donne sa langue aux chattes  – TRACKS / ARTE

Depuis vingt ans sur Arte, Tracks débusque le monde en mutation et ça passe aussi par la part grandissante des femmes dans le débat culturel. Pour l’édition 2018 des Femmes s’en Mêlent, la rédaction du magazine le plus aventureux d’Arte, composée aux deux-tiers de femmes, revisite ces deux décennies de créations, d’inventions et de féminisme dans un Best of 100% Women’s Lib’.

Une édition spéciale truffée de pionnières, comme Angela Davis  Sheila E. ou Annie Sprinkle et de stars comme Asia Argento, MIA ou Beth Ditto, jusqu’aux plus militantes Femen et Pussy Riot. Sans oublier la nouvelle génération, entre Girli la diva des chavettes anglaises, Moon Ribas la cyborg et les poupées gonflées des Rubber Dolls!

 

> Lectures spontanées et engagées

Tout au long de la soirée des morceaux choisis de textes féministes seront lus entre les concerts et les projections.

Avec : Charlotte Pudlowski (Louie), Nadia Daam (Arte), Elodie Font (Mycose the night)…

 

infos :

Jeudi 15 Mars  -entrée libre – 19h00 à  01h00 –

La Machine du Moulin Rouge – entrée par la cité Véron

event facebook 

 

Place au club et a la nuit du 16 mars a la Machine du Moulin Rouge

08/02/2018

Le vendredi 16 mars, et pour clôturer la première journée du festival Les Femmes s’en Mêlent, place au Club et à la Nuit. Une programmation qui met à l’honneur la jeune création française avec des femmes engagées et talentueuses au croisement des styles les plus actuels.

8 artistes, 8 femmes qui hybrident les genres et réinventent la création musicale d’aujourd’hui. Des jeunes pousses, nouveaux prodiges, comme Marylou et Gigsta en passant par celles qu’on ne présentent plus comme Clara 3000 et TGAF, du live aussi avec Tryphème et Coucou Chloé sans oublier DEBONAIR, invitée spéciale de la soirée, représentante de la scène UK, riche en nouveaux talents féminins. Une nuit pour explorer les styles : RNB déviant, électro IDM, Trap, House et Techno… Une nuit éclectique et rare, une nuit pour se laisser emporter par des artistes qui feront la scène mondiale de demain.

en savoir plus sur les artistes 

Billetterie 

LFSM#21 – NOUVEAU VISUEL

23/11/2017

Pour sa 21e édition, le festival a décidé de confier à une jeune illustratrice, Pauline Furman, la création de son identité visuelle.

Née le 27 décembre 1987, elle a grandit en Picardie et fait des études de commerce à Paris. Son parcours professionnel jalonné par la radio, la publicité ou encore la musique, l’a petit à petit, au gré de rencontres inspirantes et d’événements marquants, mené à revenir vers son envie latente, urgente, presque primaire, d’explorer sa créativité au travers de l’illustration.

Autodidacte, Pauline Furman aime jouer avec les matières, et raconter toute la douceur et la dureté qu’elles lui insufflent. Entre   sobriété graphique et abondance de sens, son travail aborde la difficulté du passage à l’âge adulte, l’amour, ses blessures et sa   magie, et la quête de soi. C’est grâce à ses dessins qu’elle ancre dans le réel ses vrais/faux souvenirs, et se créé sa propre histoire.

« Pour réaliser l’identité visuelle de cette 21ème édition du festival, j’ai voulu réussir à dire ce qu’est la femme Les Femmes S’en Mêlent en 2018 : forte, digne, elle avance et ne se retourne jamais, en étant portée par le passé de toutes celles qui lui ont ouvert   la voie. Elle a la peau dure mais douce, à l’image des matières utilisées pour la composition : du cuir, du vinyle, du papier très   épais qui ne se brise jamais. Elle sait qui elle veut être, elle va où elle veut aller, et c’est tout. Cette année et plus que jamais, je   veux montrer ces femmes ensemble, en gang, elles sont des guerrières contemporaines, des badass, qui n’ont pas peur de défier   l’ordre établit.  »

www.paulinefurman.com